Marseille en VO

Marseille en V.O.
Observatoire in situ des pratiques plurilingues

Projet financé par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France


Responsables
Médéric Gasquet-Cyrus (Aix-Marseille Université / LPL)
Sylvie Wharton (Aix-Marseille Université / LPL)

Présentation du projet
Le programme Marseille en V.O. propose la description des pratiques langagières plurilingues marseillaises à partir d’un corpus de données collectées dans des conditions écologiques.
Depuis des siècles, Marseille est une ville plurilingue, une ville de passage ou d’accueil pour des populations venues du monde entier : à des communautés installées de longue date (Grecs, Italiens, Arméniens, Espagnols, Turcs) se sont ajoutées dans la deuxième moitié du XXe siècle des populations venues du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), du Moyen-Orient (Liban…), d’Afrique sub-saharienne (Sénégal, Mali, Bénin…), d’Asie du Sud-Est (Vietnamiens) et plus récemment, des Comores, d’Europe de l’Est, sans compter les touristes et croisiéristes plus ou moins fortunés que la ville s’enorgueillit de recevoir toujours plus nombreux. Pourtant, peu d’études ont finalement documenté ce plurilinguisme souvent objet de fascination, de fantasmes ou de rejets. Le présent projet a été conçu pour combler ce manque, et pour répondre plus précisément à la question suivante : comment se mesure et se décrit le plurilinguisme d’une ville ?

Méthodologie
L’originalité du projet repose sur le choix d’observer les usages in situ, sur le terrain. Les enquêteurs choisissent un poste d’observation dans l’espace public (marché, commerce, café, restaurant, salle d’attente, bibliothèque, transports en commun, stade…) d’où notent de manière précise quelles langues sont utilisées, par qui, avec qui, dans quels contextes et dans quels buts
Les observations sont principalement menées dans une perspective ethnographique. Les chercheurs élaborent et améliorent en commun un protocole qui permet de noter de manière précise quelles langues sont audibles et visibles dans l’espace public, et comment elles sont utilisées. Dans la mesure du possible, les pratiques sont enregistrées, si les conditions légales sont remplies (autorisations spécifiques ou garantie d’anonymat des voix collectées dans l’espace public). Ainsi, le projet souhaite aussi contribuer à une réflexion plus générale sur la constitution de corpus « écologiques ».

Lien avec le parcours LCT
Le programme Marseille en V.O. est évoqué dans les cours de sociolinguistique du Master.

Par ailleurs, les étudiants du parcours LCT sont invités à participer à ce programme de recherche dans le cadre de leur formation sur le terrain. Le travail comprend, outre les sessions d’observation sur le terrain (individuelles, en commun ou en petits groupes), la participation à des réunions de travail, la création d’outils méthodologiques et conceptuels, l’enregistrement, l’archivage, la transcription et l’annotation des données, et éventuellement, restitution du travail sous forme de publications scientifiques (rapport de recherche, colloques, articles…) ou de présentations publiques. La demande institutionnelle est forte en ce sens, et le projet Marseille en V.O. est adossé à une exposition « Babel en V.O. La traduction en Méditerranée » qui aura lieu au MuCEM en 2016.
Les étudiants peuvent aussi choisir Marseille en V.O. dans le cadre de certaines UE ou pour réaliser leur mémoire. Pour cela, des entretiens préalables avec les enseignants sont nécessaires.
Ce projet s’appuie sur la structure de recherche du LPL, qui apporte son soutien logistique (matériel d’enregistrement notamment), documentaire, ainsi que les compétences techniques des ingénieurs de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *